IVR41_20018800107VE_4 001
En cours   1999

Le patrimoine du canton de Plombières-les-Bains

Période -52 à + 500 -800 à -52 Du 16e au 18e siècle 1500-1648
Tout voir
1649-1789 Du 19e au 21e siècle 1789-1815 1816-1870 1871-1913 1914-1949 1950-nos jours Moyen Âge 1001-1500 501-1000
Patrimoine Industriel Mobilier Religieux Rural
Thématique Patrimoine de l’eau Patrimoine religieux Territoire rural Monde du travail
Localisation GRAND EST 88 Plombières-les-Bains Bellefontaine Le Val-d'Ajol Girmont-Val-d'Ajol

Présentation de l’étude

Propriétés intellectuelles

© Région Grand Est-Inventaire général. Photo Alain George

© l’Europe vue du ciel

Situé au sud-est du département des Vosges, le canton de Plombières-les-Bains constitue une zone de contact entre la Montagne vosgienne et la Vôge méridionale d’une part, entre la Lorraine et la Franche-Comté d’autre part.

Le vaste territoire des communes du Val d’Ajol, de Ruaux et de Bellefontaine est caractérisé par la présence d’un nombre inhabituel de croix de chemin, témoins d’une pratique religieuse sans faille depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à l’an 2000.

C’est aussi dans ce canton qu’est conservé un nombre significatif de « chalots », greniers à grains construits en bois et attestés dans cinq communes des Vosges et de Haute-Saône.

La présence d’une eau abondante a permis l’essor de l’industrie métallurgique dès l’époque moderne puis du textile à partir des années 1830.

Les conditions géologiques ont fait de Plombières-les-Bains une ville thermale attestée dès l’Antiquité romaine. Si l’architecture de villégiature reste d’une sobriété certaine, les bains offrent, à l’étude, une typologie démontrant la variété des solutions architecturales choisies pour accueillir et soigner avec efficacité les curistes venus de la France et de l’Europe. Pour les distraire, fut créé un ensemble de promenades, de parcs et d’équipements diversifiés du casino au cinéma.

Cette étude croise deux problématiques : celle d’un territoire situé aux confins méridionaux de la Lorraine, et celle d’une station thermale bimillénaire. Il en ressort une mosaïque qui associe la ferme isolée à l’usine métallurgique, la croix de chemin à la villégiature thermale, le parc de promenade à l’église paroissiale.